Contact

Besoin de toute urgence d’une mise à jour de sécurité ? Alors n’hésitez pas à nous appeler :

+49 (0) 69 30530012 ou laissez-nous un message :

Le présent formulaire recueille et traite votre adresse e-mail et, si vous les indiquez de plein gré, également votre nom et votre entreprise. En utilisant ce formulaire, vous donnez votre accord pour la conservation et le traitement de vos données par ce site Internet. Vous confirmez avoir lu la déclaration sur la protection des données et en acceptez les termes.

Pour vous protéger contre le spam, ce formulaire utilise des questions anti-spam simples.

Quelle est la capitale de l'Allemagne ?

Combustion entretenue (épreuve uno l.2)

Les liquides inflammables, dont le point d’éclair en vase clos se situe entre ≥ 23 °C et ≤ 60 °C, doivent par principe être classés en priorité dans le groupe d’emballage III de la classe 3 conformément au Droit des transports ONU, ainsi que dans la catégorie 3 conformément au règlement GHS ou au règlement CLP (CE) 1272/2008, et être identifiés par un marquage „Attention“ et par le signalement  de danger „H226 : Liquide et vapeur inflammables“.

Pour autant que les liquides présentent un point d’éclair > 35 °C, ils peuvent être exemptés de cette classification sous réserve qu’ils n’entretiennent pas la combustion de quelque façon que ce soit. Il est pour cela nécessaire de présenter une épreuve de combustion entretenue (épreuve UNO L.2) conformément à la norme DIN EN ISO 9038.

Cette épreuve permet de constater si, à des températures de test déterminées (60,5 °C et 75 °C) et dans des conditions d’épreuve définies, un liquide inflammable produit suffisamment de vapeur pour entretenir ou non la combustion, après qu’il a été enflammé par une source d’inflammation (flamme de gaz propane) puis que cette source d’inflammation a été retirée.

A l’aide d’une pipette, on introduit 2 ml de liquide dans une cavité chauffée du bloc métallique résistant à la corrosion de l’appareil. Pendant un intervalle de régulation de chauffage de 60 ± 2 s, l’échantillon de substance est amené à la température définie (60,5 °C ou 75 °C). Dans l´’hypothèse où le liquide ne s’est pas encore enflammé, on place la flamme du gaz en position d’épreuve au-dessus du bord de la surface du liquide et l’on maintient cette flamme en position pendant 15 secondes.

On observe alors le comportement de l’échantillon.

 

Si l’on ne constate pas de combustion entretenue pendant la durée du chauffage ou après avoir placé la flamme en position d’épreuve et l’avoir repoussée, il convient de répéter l’épreuve avec une durée de chauffage réduite à 30 ± 1 s.

S’il ne se produit aucune combustion entretenue lors de toutes les épreuves réalisées, ni au cours de la durée de chauffage, ni lors du maintien de la flamme, il convient de classer la substance testée comme n’entretenant pas la combustion, et celle-ci sera alors écartée de cette classification.

Il convient cependant de classer la substance testée comme entretenant la combustion si, au cours d’une des épreuves réalisées, il se produit l’une des réactions suivantes :

  1. a) l’échantillon s’enflamme pendant le temps de chauffage
  2. b) l’échantillon s’enflamme lorsque la flamme est placée en position d’épreuve et qu’elle y reste maintenue pendant 15 s, et que sa combustion se poursuit plus de 15 s alors que la flamme a été replacée en position „arrêt“.

Une inflammation intermittente qui dure moins de 15 s ne doit pas être interprétée comme un signe de combustion entretenue.

Normalement, au bout de 15 s, la combustion s’est soit indéniablement interrompue, soit elle se poursuit. En cas de doute, la substance doit être réputée entretenir la combustion.

Bibliographie
DIN EN ISO 9038 : Épreuve de combustion entretenue de liquides